maison fabre, UNE HISTOIRE DE FAMILLE

L’héritage d’une passion et d’un savoir-faire d’exception depuis 1924

Alors qu'il avait quarante ans, Etienne Fabre a pris une décision qui n'allait pas uniquement changer sa vie mais celle de ses descendants : il deviendrait gantier. L'héritage de Maison Fabre en tant que gantier remonte plus loins que la fondation de l'entreprise. En 1909, Etienne Fabre alors âgé de 25 ans est passioné par l'équitation au point de s'engager pour devenir gendarme à cheval. A l'époque, chevaux, voitures à chevaux, vélos, bateaux et trains sont les principaux mode de transport et tout le monde possède alors une paire de gants : c'est la révélation et le début d'une histoire de famille qui continue de s'écrire.

1924
La GENÈSE

L’histoire commence à Millau (Aveyron) en 1924. Etienne Fabre, maître gantier, fonde son entreprise de ganterie. Au départ il coupe lui même les cuirs avec son frère. Quelques piqueuses emportent le travail à domicile.

1924
La GENÈSE

L’histoire commence à Millau (Aveyron) en 1924. Etienne Fabre, maître gantier, fonde son entreprise de ganterie. Au départ il coupe lui même les cuirs avec son frère. Quelques piqueuses emportent le travail à domicile.

1928
LA RÉLÈVE

Dès 1928, l’artisan gantier est spécialisé dans les gants blancs en chevreau et le travail s’articule sur les 3 étages de la maison familiale où coupeurs et piqueuses prennent peu à peu leur place. Etienne Fabre s’est rapidement imposé comme artisan de renom dans son atelier aveyronnais. C’est ainsi que sa carrière a démarré dans un secteur artisanal qui requiert certaines compétences et savoir-faire rares.

1946
LA 2ÈME GÉNÉRATION,
LA TRANSFORMATION

Vingt-deux années plus tard son fils Denis et sa belle-fille Rose rejoignent la ganterie. Multipliant les voyages, afin de faire connaître ses gants à travers le monde, Rose, dynamique et entreprenante, transforme très vite la ganterie de son mari en une entreprise florissante. Elle crée des modèles pour les Maisons de Haute-Couture à Paris et fait preuve de beaucoup d’imagination en transformant cet accessoire de nécessité en un produit raffiné. Elle déménage la manufacture et l’installe définitivement dans le coeur de Millau, lieu où elle est toujours, et compte alors jusqu’à 350 personnes dans les années 50.

1946
LA 2ÈME GÉNÉRATION,
LA TRANSFORMATION

Vingt-deux années plus tard son fils Denis et sa belle-fille Rose rejoignent la ganterie. Multipliant les voyages, afin de faire connaître ses gants à travers le monde, Rose, dynamique et entreprenante, transforme très vite la ganterie de son mari en une entreprise florissante. Elle crée des modèles pour les Maisons de Haute-Couture à Paris et fait preuve de beaucoup d’imagination en transformant cet accessoire de nécessité en un produit raffiné. Elle déménage la manufacture et l’installe définitivement dans le coeur de Millau, lieu où elle est toujours, et compte alors jusqu’à 350 personnes dans les années 50.

1970
La 3è génération,
le sursaut

A partir de 1970, leur fils Louis Fabre, qui voit de nombreuses ganteries fermer les unes après les autres, lance une ligne de maroquinerie et sauve l’entreprise familiale en travaillant avec de nombreux grands magasins en France comme à l'international.

1978
LA PREMIÈRE BOUTIQUE

Un premier espace de 150m2 dédié à la marque ouvre à Millau. C’est une grande première pour l’entreprise qui jusque là ne travaillait qu’avec des marques et des magasins.

1978
LA PREMIÈRE BOUTIQUE

Un premier espace de 150m2 dédié à la marque ouvre à Millau. C’est une grande première pour l’entreprise qui jusque là ne travaillait qu’avec des marques et des magasins.

1998
La 4ème génération,  la relève

Animé par la même passion familiale, Olivier Fabre quitte son école de journalisme pour rejoindre son frère Jean-Marc au sein de la Maison. Ensemble, ils pérennisent le travail initié par leur grand-mère Rose et leur père Louis et contribuent au nouvel essor de l’entreprise familiale.  
Cette date marque un nouveau tournant pour la ganterie :
Les deux frères se plongent alors dans les archives de la Maison et redonnent du sang neuf à la marque en faisant appel à de nombreux créateurs sur Paris .Ces collaborations d’exception asseoient peu à peu Maison Fabre comme l’une des références mondiales de l’accessoire de mode.

2005
la rénovation de
la ganterie

En l’espace d’une décennie, avec son frère, Olivier fait revivre le patrimoine de l’Avenue Gambetta à Millau, rénove la ganterie avec le concours de l’architecte Guy Falco, ressuscite les savoir-faire en valorisant la transmission.

2008
ouverture de la 1ère boutique parisienne

La première boutique Maison Fabre ouvre sous les arcades dans les Jardins du Palais Royal en Juillet 2008 : une adresse confidentielle parfaite pour accueillir son premier écrin où se déclinent dans un vaste jeu de matières et de couleurs les superbes gammes qui font l’orgueil de Maison Fabre.
Cette ouverture à Paris sur la Rive Droite, assure une notoriété importante pour la marque dans un quartier à la fois touristique, historique et très orienté sur la mode.

2010
pop up rue des saints- pères (Paris)

Ouverture d’une boutique éphémère au 60 rue des Saints-Pères, Rive Gauche. Tel un cabinet de curiosité, la boutique restera ouverte 3 ans.

2013
pop up cour des
senteurs (versailles)

Ouverture d’une boutique éphémère au 8 rue de la Chancellerie à deux pas du Château de Versailles. Cet espace permet à la marque de renouer avec l’histoire des gantiers parfumeurs, racine du parfum de peau.

GANTS PARFUMÉS
& consécration
artisanale

Maison Fabre renoue avec l’histoire de France en créant deux modèles de gants historiques parfumés avec du talc : Le premier, Marie-Antoinette, est parfumé à l’Eau d’Ange, comme initialement porté par la Reine dans ses gants. Le second, en hommage à l’impératrice, Joséphine, est quant-à lui, parfumé à la rose de printemps.
Maison Fabre se voit décerner le prestigieux label EPV Entreprise du Patrimoine Vivant par le Ministère de l’Economie et des Finances.

EN SAVOIR +

MAISON  fabre
& le 7è art

En 2013, Maison Fabre renoue avec sa tradition de ganter les mains du 7ème Art (initiée en 1971 avec les gants de Louis de Funes dans «La Folie des Grandeurs» de Gérard Oury) et conçoit, pour les besoins du film «Grace de Monaco» d’Olivier Dahan, tous les gants portés par la comédienne Nicole Kidman. Un clin d’oeil à l’histoire puisque Maison Fabre gantait déjà les mains de la Princesse Grace lors de son mariage avec le Prince Rainier III de Monaco en 1956.

 Parmi les références cinématographiques, Maison Fabre créera également en 1966, les gants de rallye de Jean-Louis Trintignant dans "Un homme et une Femme » de Claude Lelouch ainsi que les gants de conduite de Steeve McQueen

réapparition du gant magique

Pour la commémoration du cinquantenaire de la disparition de Jean Cocteau qui vécut et écrivit  le scenario de la Belle et la Bête en 1944 au Palais Royal, à deux pas de la boutique parisienne, Maison Fabre ré-édite, sur la demande du Comité Cocteau, les gants de la Belle et la Bête : une pièce unique réalisée par Olivier Fabre et Pascale Duchénoy (Linge au Coeur) en agneau doublé soie et brodée à la main au fil d’or avec des éclats percés de Swarovsky. « Ceux qui auront la chance de l’approcher seront éboulis » confiait alors Dominique Marny, petite nièce de Jean Cocteau, vice-Présidente du Comité Cocteau.
EN SAVOIR +

2014
LA BOUGIE PARFUMÉE

Pour les 90 ans de la marque, Maison Fabre édite une bougie parfumée, limitée à 1OOO exemplaires. Avec le daim comme note de tête, l’essence naturelle de patchouli en note de coeur et l’ambre et l’essence naturelle de l’atlas en guise de note de fond, le parfum de cette bougie s’impose comme la transcription olfactive fidèle de l’atelier de Millau : une madeleine de Proust pour les héritiers Fabre
DÉCOUVRIR

2015
collaboration avec DS Automobiles

Maison Fabre conçoit pour la marque automobile française DS une série de gants de conduite en édition limitée pour l’homme et pour la femme. Des créations uniquement disponibles à la vente sur commande spéciale ou au DS Word, à Paris.
EN SAVOIR +

2016
exposition «si l’amour m’était conté»

Il était une fois ... La Belle et la Bête, Cendrillon, Peau d'Ane, La Belle au Bois Dormant, Blanche Neige. En 2016, sous le Patronage de la Commission Nationale Française pour l’Unesco et soutenu par le Ministère de la Culture, Dominique Marny propose au Musée de Millau une exposition en collaboration avec Maison Fabre sur le sentiment amoureux «Si l'Amour m'était conté» : une centaine d’oeuvres sont présentées autour de la ré-édition des gants de la Bête, réalisés par Maison Fabre en 2013.
A l’issue de cette exposition en juin 2017, Maison Fabre offre à la ville de Millau cette paire de gants d’exception qui enrichit désormais les collections du Musée.

2024
le centenaire
de maison fabre
VISITER
LA MANUFACTURE
EN SAVOIR +
TROUVER
NOS BOUTIQUES
LOCALISER

maison fabre, UNE HISTOIRE DE FAMILLE

L’héritage d’une passion et d’un savoir-faire d’exception depuis 1924

Alors qu'il avait quarante ans, Etienne Fabre a pris une décision qui n'allait pas uniquement changer sa vie mais celle de ses descendants : il deviendrait gantier. L'héritage de Maison Fabre en tant que gantier remonte plus loins que la fondation de l'entreprise. En 1909, Etienne Fabre alors âgé de 25 ans est passioné par l'équitation au point de s'engager pour devenir gendarme à cheval. A l'époque, chevaux, voitures à chevaux, vélos, bateaux et trains sont les principaux mode de transport et tout le monde possède alors une paire de gants : c'est la révélation et le début d'une histoire de famille qui continue de s'écrire.

1924
La GENÈSE

L’histoire commence à Millau (Aveyron) en 1924. Etienne Fabre, maître gantier, fonde son entreprise de ganterie. Au départ il coupe lui même les cuirs avec son frère. Quelques piqueuses emportent le travail à domicile.

1924
La GENÈSE

L’histoire commence à Millau (Aveyron) en 1924. Etienne Fabre, maître gantier, fonde son entreprise de ganterie. Au départ il coupe lui même les cuirs avec son frère. Quelques piqueuses emportent le travail à domicile.

1928
LA RÉLÈVE

Dès 1928, l’artisan gantier est spécialisé dans les gants blancs en chevreau et le travail s’articule sur les 3 étages de la maison familiale où coupeurs et piqueuses prennent peu à peu leur place. Etienne Fabre s’est rapidement imposé comme artisan de renom dans son atelier aveyronnais. C’est ainsi que sa carrière a démarré dans un secteur artisanal qui requiert certaines compétences et savoir-faire rares.

1946
LA 2ÈME GÉNÉRATION,
LA TRANSFORMATION

Vingt-deux années plus tard son fils Denis et sa belle-fille Rose rejoignent la ganterie. Multipliant les voyages, afin de faire connaître ses gants à travers le monde, Rose, dynamique et entreprenante, transforme très vite la ganterie de son mari en une entreprise florissante. Elle crée des modèles pour les Maisons de Haute-Couture à Paris et fait preuve de beaucoup d’imagination en transformant cet accessoire de nécessité en un produit raffiné. Elle déménage la manufacture et l’installe définitivement dans le coeur de Millau, lieu où elle est toujours, et compte alors jusqu’à 350 personnes dans les années 50.

1946
LA 2ÈME GÉNÉRATION,
LA TRANSFORMATION

Vingt-deux années plus tard son fils Denis et sa belle-fille Rose rejoignent la ganterie. Multipliant les voyages, afin de faire connaître ses gants à travers le monde, Rose, dynamique et entreprenante, transforme très vite la ganterie de son mari en une entreprise florissante. Elle crée des modèles pour les Maisons de Haute-Couture à Paris et fait preuve de beaucoup d’imagination en transformant cet accessoire de nécessité en un produit raffiné. Elle déménage la manufacture et l’installe définitivement dans le coeur de Millau, lieu où elle est toujours, et compte alors jusqu’à 350 personnes dans les années 50.

1970
La 3è génération,
le sursaut

A partir de 1970, leur fils Louis Fabre, qui voit de nombreuses ganteries fermer les unes après les autres, lance une ligne de maroquinerie et sauve l’entreprise familiale en travaillant avec de nombreux grands magasins en France comme à l'international.

1978
LA PREMIÈRE BOUTIQUE

Un premier espace de 150m2 dédié à la marque ouvre à Millau. C’est une grande première pour l’entreprise qui jusque là ne travaillait qu’avec des marques et des magasins.

1978
LA PREMIÈRE BOUTIQUE

Un premier espace de 150m2 dédié à la marque ouvre à Millau. C’est une grande première pour l’entreprise qui jusque là ne travaillait qu’avec des marques et des magasins.

1998
La 4ème génération,  la relève

Animé par la même passion familiale, Olivier Fabre quitte son école de journalisme pour rejoindre son frère Jean-Marc au sein de la Maison. Ensemble, ils pérennisent le travail initié par leur grand-mère Rose et leur père Louis et contribuent au nouvel essor de l’entreprise familiale.  
Cette date marque un nouveau tournant pour la ganterie :
Les deux frères se plongent alors dans les archives de la Maison et redonnent du sang neuf à la marque en faisant appel à de nombreux créateurs sur Paris .Ces collaborations d’exception asseoient peu à peu Maison Fabre comme l’une des références mondiales de l’accessoire de mode.

2005
la rénovation de
la ganterie

En l’espace d’une décennie, avec son frère, Olivier fait revivre le patrimoine de l’Avenue Gambetta à Millau, rénove la ganterie avec le concours de l’architecte Guy Falco, ressuscite les savoir-faire en valorisant la transmission.

2008
ouverture de la 1ère boutique parisienne

La première boutique Maison Fabre ouvre sous les arcades dans les Jardins du Palais Royal en Juillet 2008 : une adresse confidentielle parfaite pour accueillir son premier écrin où se déclinent dans un vaste jeu de matières et de couleurs les superbes gammes qui font l’orgueil de Maison Fabre.
Cette ouverture à Paris sur la Rive Droite, assure une notoriété importante pour la marque dans un quartier à la fois touristique, historique et très orienté sur la mode.

2010
pop up rue des saints- pères (Paris)

Ouverture d’une boutique éphémère au 60 rue des Saints-Pères, Rive Gauche. Tel un cabinet de curiosité, la boutique restera ouverte 3 ans.

2013
pop up cour des
senteurs (versailles)

Ouverture d’une boutique éphémère au 8 rue de la Chancellerie à deux pas du Château de Versailles. Cet espace permet à la marque de renouer avec l’histoire des gantiers parfumeurs, racine du parfum de peau.

GANTS PARFUMÉS
& consécration
artisanale

Maison Fabre renoue avec l’histoire de France en créant deux modèles de gants historiques parfumés avec du talc : Le premier, Marie-Antoinette, est parfumé à l’Eau d’Ange, comme initialement porté par la Reine dans ses gants. Le second, en hommage à l’impératrice, Joséphine, est quant-à lui, parfumé à la rose de printemps.
Maison Fabre se voit décerner le prestigieux label EPV Entreprise du Patrimoine Vivant par le Ministère de l’Economie et des Finances.

EN SAVOIR +

MAISON  fabre
& le 7è art

En 2013, Maison Fabre renoue avec sa tradition de ganter les mains du 7ème Art (initiée en 1971 avec les gants de Louis de Funes dans «La Folie des Grandeurs» de Gérard Oury) et conçoit, pour les besoins du film «Grace de Monaco» d’Olivier Dahan, tous les gants portés par la comédienne Nicole Kidman. Un clin d’oeil à l’histoire puisque Maison Fabre gantait déjà les mains de la Princesse Grace lors de son mariage avec le Prince Rainier III de Monaco en 1956.

 Parmi les références cinématographiques, Maison Fabre créera également en 1966, les gants de rallye de Jean-Louis Trintignant dans "Un homme et une Femme » de Claude Lelouch ainsi que les gants de conduite de Steeve McQueen

réapparition du gant magique

Pour la commémoration du cinquantenaire de la disparition de Jean Cocteau qui vécut et écrivit  le scenario de la Belle et la Bête en 1944 au Palais Royal, à deux pas de la boutique parisienne, Maison Fabre ré-édite, sur la demande du Comité Cocteau, les gants de la Belle et la Bête : une pièce unique réalisée par Olivier Fabre et Pascale Duchénoy (Linge au Coeur) en agneau doublé soie et brodée à la main au fil d’or avec des éclats percés de Swarovsky. « Ceux qui auront la chance de l’approcher seront éboulis » confiait alors Dominique Marny, petite nièce de Jean Cocteau, vice-Présidente du Comité Cocteau.
EN SAVOIR +

2014
LA BOUGIE PARFUMÉE

Pour les 90 ans de la marque, Maison Fabre édite une bougie parfumée, limitée à 1OOO exemplaires. Avec le daim comme note de tête, l’essence naturelle de patchouli en note de coeur et l’ambre et l’essence naturelle de l’atlas en guise de note de fond, le parfum de cette bougie s’impose comme la transcription olfactive fidèle de l’atelier de Millau : une madeleine de Proust pour les héritiers Fabre
DÉCOUVRIR

2015
collaboration avec DS Automobiles

Maison Fabre conçoit pour la marque automobile française DS une série de gants de conduite en édition limitée pour l’homme et pour la femme. Des créations uniquement disponibles à la vente sur commande spéciale ou au DS Word, à Paris.
EN SAVOIR +

2016
exposition «si l’amour m’était conté»

Il était une fois ... La Belle et la Bête, Cendrillon, Peau d'Ane, La Belle au Bois Dormant, Blanche Neige. En 2016, sous le Patronage de la Commission Nationale Française pour l’Unesco et soutenu par le Ministère de la Culture, Dominique Marny propose au Musée de Millau une exposition en collaboration avec Maison Fabre sur le sentiment amoureux «Si l'Amour m'était conté» : une centaine d’oeuvres sont présentées autour de la ré-édition des gants de la Bête, réalisés par Maison Fabre en 2013.
A l’issue de cette exposition en juin 2017, Maison Fabre offre à la ville de Millau cette paire de gants d’exception qui enrichit désormais les collections du Musée.

2024
le centenaire
de maison fabre
VISITER
LA MANUFACTURE
EN SAVOIR +
TROUVER
NOS BOUTIQUES
LOCALISER
Détails